L'Agriculteur Charentais 06 avril 2017 à 08h00 | Par Victor Bellaud

Energie : Un développement concerté pour moins de crispations

Du côté de l’Ademe, on ne voit pas d’un mauvais œil le développement massif de l’éolien en Poitou-Charentes, l’ancienne région concentrant l’essentiel des parcs en fonctionnement en Nouvelle-Aquitaine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En Nouvelle-Aquitaine, l’éolien totalise 588 Mégawatts installés selon l’Ademe.
En Nouvelle-Aquitaine, l’éolien totalise 588 Mégawatts installés selon l’Ademe. - © AC

En raison de son climat plutôt venteux, le Poitou-Charentes s’est très vite ouvert à l’éolien : «Les vents venus de Normandie balaient les Deux-Sèvres, la Vienne et le nord de la Charente. Ces vents sont plutôt forts et réguliers, ce qui est très favorable à l’implantation d’éoliennes», explique Philippe Barritault, coordinateur Énergies renouvelables à l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) Nouvelle-Aquitaine. Ce dernier, qui a longtemps planché sur le dossier éolien, ne pensait pas que cette situation favorable entraînerait un tel développement : «Au début des années 2000, on s’était fixé l’objectif de 330 Mégawatts installés en 2016. On pensait que cela suffirait. Aujourd’hui, ce chiffre est largement dépassé», indique-t-il.
Pour Philippe Barritault, la multiplication des parcs éoliens sur le territoire n’est pas forcément une mauvaise chose : «L’avantage des éoliennes, c’est qu’elles produisent de l’électricité en continu, peu importe la météo et les vents. L’éolien est une énergie verte et fiable, qui a un rôle important à jouer dans la transition énergétique».

Lire la suite du dossier complet dans notre édition papier du 31 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.