L'Agriculteur Charentais 19 avril 2018 à 09h00 | Par Bernard Aumailley

Energies : Devenir des producteurs d’énergies renouvelables

Méthanisation, éoliennes, bois déchiquetés, photovoltaïques, les exploitants ont une palette de possibilités.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thomas Lebargy
Thomas Lebargy - © AC

Les projets d’énergies renouvelables se multiplient, se réalisent, s’enlisent, avortent. Ainsi va la vie des énergies renouvelables. Aux premières loges, Thomas Lebargy, conseiller agro-ressources et économie d’énergie à la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime. Aujourd’hui, dans le conseil, il a une préférence pour le photovoltaïque qui le séduit par son retour sur investissement. Il n’en délaisse pas moins les «montages» autour de la méthanisation. Citant en exemple celui de Fabien et Gaelle Tranquard à Bords, des deux CdC, celle d’Aunis et Surgères (agriculteurs et Cyclad), à l’enquête publique jusqu’au 4 mai et la Cara-Saujon, projettent des installations dans les prochains mois, fondés sur des sous-produits agricoles et déchets verts. Les agriculteurs y sont associés : portage agricole, intrants agricoles, actionnariat agricole.

Lire la suite dans notre édition papier du 20 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui