L'Agriculteur Charentais 05 mars 2015 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

énergies renouvelables : Invitation à passer aux énergies renouvelables

Le Critt horticole de Rochefort a organisé avec l’Ademe une réunion d’information pratique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Visite professionnelle des Serres de Chazelles, équipées d’une chaudière bois à plaquettes.
Visite professionnelle des Serres de Chazelles, équipées d’une chaudière bois à plaquettes. - © VC

Basé depuis 1989 à Rochefort, le Critt* horticole est un bureau d'étude qui exerce une activité d'ingénierie. Parmi les missions de ce centre de ressources technologiques, il y a l’appui à la filière horticole. Et, selon les dires du conseiller, Florent Glatard, il y en a bien besoin, car «la filière ne bénéficie pas d’une grosse dynamique». C’est pourquoi, chaque année, l’Arrdhor-Critt se charge d’organiser à l’attention des 250 entreprises du secteur horticole, une réunion régionale technique sur un sujet d’actualité. Elle a eu lieu le 10 février à la MFR de Saint-Projet (16) sur le thème des énergies renouvelables. «Les coûts de chauffage constituent une problématique constante depuis au moins 15 ans pour les serristes, reprend Florent Glatard. Ils concernent d’abord les producteurs de jeunes plants (une quinzaine d’entreprises en Poitou-Charentes), mais aussi ceux de plantes en pot et à massif (150 entreprises) ou de fleurs coupées (25 entreprises). Si les pépiniéristes sont moins impactés, le poids de l’énergie représente 15 % des charges, soit le deuxième poste après les charges salariales». Autant dire que la problématique des économies d’énergie est particulièrement prégnante… «dans un contexte économique plus que morose», ne cache pas Philippe Moinet, président du syndicat horticole de Poitou-Charentes. Il faisait partie des 32 horticulteurs présents, à cette journée. «La charge de travail, la difficulté d’accès aux marchés et la rentabilité moyenne des entreprises horticoles rendent les conditions d’activité particulièrement difficiles. Nous vivons une mutation profonde de la consommation et la vente aux particuliers s’est avérée une catastrophe au mois de janvier, en raison des attentats», décrit l’horticulteur des Deux-Sèvres.

Lire la suite dans notre édition du 6 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

27-09-2018 | L'Agriculteur Charentais

Céréales

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10,6 %
A la fin juillet 2018, le cumul sur douze mois du nombre de défaillances d’entreprises (tous secteurs d’activité confondus) s’est élevé à 53 000, soit une baisse de 4,7 % sur un an, indique la Banque de France dans un communiqué un 11 octobre. «Les secteurs de l’agriculture, des activités immobilières et de l’industrie enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur douze mois (respectivement - 10,6 %, - 6,8 % et - 6,6  %).» Les défaillances diminuent aussi dans la construction (- 6,4 %) mais elles augmentent dans les transports et l’entreposage (+ 8,7 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui