L'Agriculteur Charentais 15 mai 2014 à 14h01 | Par l'Agriculteur Charentais

ENILIA -ENSMIC - Portes ouvertes samedi

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’École Nationale des Industries Laitières et des Industries Agroalimentaires et L’École Nationale Supérieure de Meunerie et des Industries Céréalières  de  Surgères , organisent leurs traditionnelles Portes Ouvertes ce samedi 17 mai 2014 de 9h à 13h.Journée portes ouvertes pour faire connaître ses activités d'enseignement et découvrir le cadre de vie et de travail des élèves, des étudiants et des apprentis.Mhamed Faouri, le proviseur de l'établissement précise  : “les conditions d'admission sont assez simples  et ouvertes à tous, garçons ou filles : l’admission dans notre établissement se fait après une classe de 3ème ou bien après une classe de terminale baccalauréat. Nous préparons nos jeunes au CAP, au Baccalauréat, au BTS ou  à  la Licence Professionnelle. Nos diplômés sont très recherchés et très convoités, par  les entreprises régionales, nationales voire internationales du secteur de la transformation des produits destinés à l'alimentation. De nombreux postes sont à pourvoir dans tous ces domaines et l'expérience et le savoir-faire de l'établissement sont reconnus par ces employeurs.” Avec ou sans le Baccalauréat, des centaines de milliers de jeunes et leur famille doivent faire des choix cruciaux d’orientation qui vont conditionner leur avenir scolaire et professionnel.Alors que le chômage ne cesse de progresser et que l’emploi est considéré comme la priorité pour une majorité de français, de nombreuses offres d’emploi restent vacantes dans certains secteurs de l’économie française. C’est ainsi le cas pour le secteur agroalimentaire et en particulier celui de la meunerie et des industries céréalières. L’Énilia de Surgères, est le seul établissement public du genre en France qui propose des formations de niveau BTS et licence professionnelle (en partenariat avec l’université de La Rochelle). Il forme aux métiers de technicien et responsable de production pour la filière Céréales : Conducteur de silo Céréales, conducteur de moulin, chef meunier, technicien de fabrication en boulangerie, pâtisserie, biscuiterie, viennoiserie, biscotteries industrielles et alimentation animale, responsable qualité, agent de relation clientèle…L’Énilia de Surgères forme également au niveau BTS et licence professionnelle, aux métiers de technicien et responsable de production pour la filière lait et agroalimentaire : Agent de relation clientèle, responsable clientèle industrielle, technicien de laboratoire interprofessionnel, responsable qualité, technicien fromager, technicien optimisation process, conducteur de ligne de fabrication…“Ces secteurs sont encore épargnés par la crise et recrutent chaque année des milliers de jeunes diplômés passionnés par la mécanique, la biologie, la logistique. Les diplômés s’insèrent très vite dans les PME ou les grandes entreprises internationales où ils sont très convoités et trouvent rapidement leur place à la production, la recherche, au marketing ou à la vente.”Avec un moulin expérimental unique en Europe et des halls technologiques adaptés, l’établissement dispose d’installations techniques modernes très performantes et représentatives des installations industrielles.Pour les candidatures aux formations de BTS, les dossiers sont à saisir directement sur le site www.admission-postbac.fr  Les candidats à l'admission en licence professionnelle peuvent consulter dès aujourd'hui le site internet de l'Université de La Rochelle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui