L'Agriculteur Charentais 30 avril 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Enquête : Il n’y a pas une crise des vocations, mais peut-être un parcours qui demande à être simplifié et raccourci

Comment les jeunes agriculteurs apprécient les avis des futurs candidats à l’installation. Réponse du président de Jeunes Agriculteurs 17.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

l'interview comme si vous y étiez... © l'Agriculteur Charentais

Les interrogés étaient tous convaincus : l’agriculture a un avenir. C’est le principal résultat du sondage exclusif, dont nous avons donné les principaux résultats dans notre précédente édition. 130 jeunes en classes terminales des lycées agricoles et de MFR y donnaient leur avis sur le désir d’entreprendre en agriculture. Bien peu d’entre eux déclaraient leur intention de s’installer. 21 % seulement. Le sondage tâtait leurs intentions sur la conduite future de leur entreprise agricole : agrandissement, poursuite des productions actuelles, sensibilité à l’agro-écologie, moyens financiers. Pour résumer : ils sont partagés, autant les jeunes souhaitant s’installer que les autres, sur l’agriculture extensive, d’autant que tous estiment à une grande majorité que l’agriculture n’est viable que par l’agrandissement. Ils tirent quasi un trait sur la notion «d’agriculture intensive », mais sont d’accord pour pratiquer une agriculture de groupe, sans pour autant confier des tâches à des sous-traitants. 
Mais ils restent convaincus, à une importante majorité que les aides PAC doivent perdurer. Faudra-t-il alors changer les exploitations actuelles : à 70 % ils répondaient oui. Un chiffre plus pondéré lorsque les répondants étaient des futurs installés. Plébiscitant l’émergence de nouvelles technologies, les «sondés» remettaient, comme il se doit, la problématique du foncier sur la table comme celui des moyens financiers plus conséquents pour entreprendre en agriculture. Pour les chiffres précis, se rapporter à notre édition de la semaine dernière. 

Lire l'analyse de Jean Philippe Chollet dans notre édition du 1er mai avec une étude de la DARES sur l'emploi en agriculture

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

27-09-2018 | L'Agriculteur Charentais

Céréales

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10,6 %
A la fin juillet 2018, le cumul sur douze mois du nombre de défaillances d’entreprises (tous secteurs d’activité confondus) s’est élevé à 53 000, soit une baisse de 4,7 % sur un an, indique la Banque de France dans un communiqué un 11 octobre. «Les secteurs de l’agriculture, des activités immobilières et de l’industrie enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur douze mois (respectivement - 10,6 %, - 6,8 % et - 6,6  %).» Les défaillances diminuent aussi dans la construction (- 6,4 %) mais elles augmentent dans les transports et l’entreposage (+ 8,7 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui