L'Agriculteur Charentais 28 août 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Enquête : Les marchés agricoles deviendront «turbulents»

La Fao et l’Ocde se sont penchés sur les productions agricoles du monde. Et elles imaginent ce que cela donnerait dans dix ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

l’Ocde donne quelques enseignements sur la marche du monde. «Les prix internationaux des principaux produits végétaux sont redescendus très en dessous des sommets atteints dernièrement, notamment du fait des récoltes exceptionnelles de 2013/14. Ceux de la viande et des produits laitiers s’établissent pour leur part à des niveaux inédits, surtout parce que la production n’a pas tenu ses promesses en 2013» donnent les deux organisations internationales dans un très long rapport publié début juillet. Non seulement, il dresse un bilan mais aussi ouvre quelques perspectives. «La demande de produits agricoles devrait rester ferme, mais elle progressera à un rythme plus lent qu’au cours de la décennie écoulée. Les céréales restent au cœur de l’alimentation humaine, bien que la hausse des revenus, l’urbanisation et l’évolution des habitudes alimentaires concourent à la transition vers des régimes plus riches en protéines, en matières grasses et en sucre.»
Projections pour la prochaine décennie«Pendant les dix ans qui viennent, la production des secteurs de l’élevage et des biocarburants devrait s’accroître plus vite que celle du secteur des cultures.» Ce qu’elles nomment des «modifications structurelles» de la production agricole mondiale va, selon elles, «favoriser les céréales secondaires et les graines oléagineuses, dont les tonnages vont augmenter pour répondre à la demande de produits destinés à l’alimentation humaine ou animale et à la demande de biocarburants, au détriment de cultures vivrières de base comme le blé et le riz.» Produire plus passe donc par des régions «où des facteurs déterminants comme les superficies et l’eau disponibles, de même que les réglementations, seront les moins contraignants.»Dans cette prospective, FAO et Ocde mise sur des prix de végétaux en diminution «pendant encore un ou deux ans», «avant de se stabiliser à des niveaux qui resteront supérieurs à ceux de la période antérieure à 2008, mais nettement inférieurs aux niveaux records atteints récemment.» La viande va augmenter, comme les produits laitiers. «Toutefois, en termes réels, les prix des produits végétaux comme des produits animaux devraient diminuer à moyen terme. S’agissant des céréales, les ratios stocks/consommation prévus sont en nette hausse, ce qui devrait atténuer les craintes liées à la volatilité de leur prix.»D’où viendront alors les productions ? La FAO a ciblé : les pays d’Asie et d’Amérique latine. «Les échanges vont continuer de progresser, mais à un rythme plus lent que durant la décennie précédente. Le continent américain va renforcer sa position de première région exportatrice, en valeur comme en volume, tandis que l’Afrique et l’Asie vont accroître leurs importations nettes pour répondre à la hausse de la demande.»

Lire l'ensemble du dossier de 5 pages dans notre édition du 29 août :
- Ce que seront les marchés mondiaux agricoles en 2023
- la récession dans les pays émergents est -elle préjudiciable aux pays développés ?
- Marchés par marchés, l'évolution jusqu'en 2023

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Le chiffre de la semaine
1,9 Mt
Le spécialiste en gestion du risque de prix ODA a estimé le 4 mai que les céréaliers vont conserver 1,9 Mt de blé de la récolte 2015. Ses prévisions indiquent «une baisse des livraisons dans les prochaines semaines et un report possible sur la campagne à venir de 1,9 Mt chez les céréaliers, ce qui ne manquera pas de faire évoluer les prix de la récolte 2015 à la hausse», selon un communiqué. Explication : les producteurs sont tentés de conserver leur blé pour profiter de meilleurs prix.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui