L'Agriculteur Charentais 02 janvier 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Enseignement privé - Des formations choisies

Proximité, projets, succès.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La formation au métier autour du cheval est très prisée au lycée St Antoine.
La formation au métier autour du cheval est très prisée au lycée St Antoine. - © AC

Récemment, les 180 établissements agricoles privés de l’hexagone se réunissaient à La Rochelle, pour «faire le point.» Réunion annuelle qui a permis aussi de dresser le portrait des écoles de Poitou-Charentes. Selon le délégué régional Aquitaine-Poitou-Charentes, Philippe Prat, les effectifs évoluent peu. Quatre établissements, un BTS Développement et animation des territoires à Roc Fleuri en Charentes, fleuron actuel des formations, des filières de formation continue, l’enseignement agricole privé accueille 950 élèves, en augmentation (+ 7 %). En Charente-Maritime, le seul établissement assimilé à la production est le lycée Saint Antoine avec sa formation autour des équidés. Les autres établissements sont plutôt axés sur les services à la personne et la vente. «Ce sont des formations porteuses.» De quatrième au bac S, aux bacs STVA et BTAG, l’enseignement agricole privé est présent dans la région. 150 000 élèves au plan national, 40 % sont en enseignement public, le reste se partage entre enseignement agricole privé et MFR.

Lire la suite dans notre édition du 3 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui