L'Agriculteur Charentais 03 mai 2018 à 11h00 | Par Bernard Aumailley

Entre le marteau et l’enclume de la filière bois

Lambris bruts ou peints, bardages parquets, terrasses, Rabopale se fraye un chemin dans les fournisseurs des bricoleurs et garde sa notoriété chez les professionnels.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Eric Plantier, directeur de FP bois, société landaise et charentaise maritime dans la transformation forestière.
Eric Plantier, directeur de FP bois, société landaise et charentaise maritime dans la transformation forestière. - © AC

En pleine plaine céréalière de l’Aunis, à l’Est de La Rochelle, sans massif forestier vraiment proche, on débite, rabote, polit et peint le bois. Rabopale, fabriquant de lambris bruts et peints, et de plancher pour terrasse a rejoint, en 2013, FP bois déjà bien implanté à Mimizan (40). Le groupe vient de fournir les 11 000 m2 de lambris du hall grand voyageur de la gare de Bordeaux. Eric Plantier, issu d’une longue lignée de faiseurs de lambris et de planchers, de transformateurs de bois, croit à la fois à l’innovation («permanente») et aux acquis de l’historique de l’entreprise. FP Bois, créée en 1953 par Félix Plantier, est une société familiale implantée dans les Landes.

Lire la suite dans notre édition papier du 4 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui