L'Agriculteur Charentais 28 janvier 2016 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Entrepreneurs de territoire : Entreprendre, c'est passer de l'impensable à la réalité de l'entreprise

Comment et quand entreprendre ? Exemples et balises glanées lors de l'assemblée générale des EDT, samedi dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Dans EDT, il y a «entrepreneurs». Lorsque l'assemblée générale des EDT départementales envisage la question «entreprendre pour réussir», cela pourrait prêter à sourire. N'est-ce pas dans leurs gênes ? Leur présence en témoigne. Peut-être fallait-il booster un peu l'ambiance, sortir des discours de morosité, faire fi des promesses non traduites dans le concret comme le soulignait Aurélie Babin, passer outre le défaitisme. Pour ce faire, les EDT avaient constitué une table ronde autour de Jean-François Bertrand, un viticulteur-chef d'entreprise de Chevanceaux, Yann Bégaud, agriculteur bio à Ballon, Nicolas Quetier, EDT à Tonnay Boutonne et naturellement le président national, Gérard Napias. Bien sûr, à la sortie de l'assemblée générale, les EDT ne se sont pas rués pour «créer», «innover», tous azimuts. Mais ramer à contre-courant permet de revenir à la source : entreprendre.

Lire le compte rendu de l'AG dans notre édition du 22 janvier

Aurélie Babin

Bis repetita

La présidente départementale des EDT est loin de radoter. Pourtant lorsqu’elle a relu ses anciens rapports moraux, elle y trouve beaucoup trop de «copier-coller.» Et ça l’agace. Rien n’avance. «Que de la com ! Du ministre, de l’administration.» Et de lister : les normes et leur remise à plat, le moratoire sur les mêmes normes, les plans d’aide aux éleveurs... Toujours présents, vigilants, les EDT, contre vents et marées, précédent souvent la législation pourtant galopante. Elle se félicitait du succès des audits pour les certifications d’entreprise et pense que du bien de la structure régionale en création : «nous aurons ainsi un projet syndical commun» où «l’échelon départemental sera renforcé.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

9 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
64 900
La filière Elevage et Viande participe à la vie du territoire néo-aquitain. Elle représente 64900 emplois (25 % des emplois français du secteur) soit : 42 300 pour le secteur de l'élevage ; 700 pour le secteur de la mise en marchés ; 4 000 pour le secteur de l'abattage et de la transformation et du commerce de gros ; 17 900 pour le secteur de la distribution (boucheries artisanales, supermarchés, restauration).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui