L'Agriculteur Charentais 08 février 2018 à 01h00 | Par Bernard Aumailley

Entrepreneurs des territoires : «Les paysans sont beaucoup trop discrets !»

La géographe donne des leçons. Notamment celle que les agriculteurs prennent la parole et ne laissent plus les autres parler à leur place.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dialogue impromptu entre les entrepreneurs des territoires et la géographe Sylvie Brunel.
Dialogue impromptu entre les entrepreneurs des territoires et la géographe Sylvie Brunel. - © AC

Peut-être que la passion l’aveugle, que sa promiscuité avec le monde agricole affecte son entendement. Pourtant professeure-géographe à la Sorbonne, auteure de nombreux livres, elle devrait discerner que ce modèle agricole n’est plus d’actualité et encore moins du futur ! Et bien non, Sylvie Brunel persiste dans son entêtement, étaye son argument d’exemples percutants, de contre-exemples de la logorrhée anti-paysanne des médias. Elle se fait à la fois leur défenseur, mais aussi leur aiguillon, les incitant à communiquer, à parler de leur métier, de leurs process. Et le parterre d’entrepreneurs de territoire qui l’écoutait reprenait, en une matinée d’assemblée générale, à Aulnay, espoir : le secteur n’était pas voué à sa perte, le métier n’était pas condamné.

Lire la suite dans notre édition papier du 9 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.