L'Agriculteur Charentais 09 janvier 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Entrepreneurs - Les urgentistes des travaux agricoles

Samedi, les EDT tiennent assemblée générale. 2013 était remplie, 2014 le sera tout autant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Aurélie Babin
Aurélie Babin - © AC

Les Entrepreneurs de territoire tiennent ce samedi leur assemblée générale à Saint Denis du Pin. L’occasion de «dresser» un mini-bilan des actions entreprises par la structure départementale en 2013. Pour sa présidente, Aurélie Babin, la figure de proue de cette année est sans conteste l’agrément d’une cinquantaine d’EDT dans le département pour les produits phytosanitaires. La marche était haute à sauter. Elle est franchie pour la moitié des EDT de Charente-Maritime, l’autre moitié le sera dans les deux prochains mois. «Nous nous étions fixé cet objectif de formation. Les audits se sont généralement très bien passés. Les auditeurs ont estimé que les dossiers et les EDT avaient été bien préparés.» Selon elle, le planning s’est fait «un peu dans l’urgence» auprès des organismes certificateurs qui «n’avait pas forcément les personnels pour tous les faire dans le temps.» In fine, le score est au rendez-vous. «D’autres groupes au sein des EDT de Charente-Maritime sont prévus pour préparer durant cette année cette certification.» Autre sujet de satisfaction, l’ouverture de la première formation Technicien Gestionnaire de Chantier en Entreprise de Travaux Agricoles (GCET) à la MFR de Saint Germain de Marencennes où 8 stagiaires sont donc en alternance, de niveau IV. Il s’agit de former les futurs chefs de chantier de travaux agricoles, les conducteurs de travaux agricoles et les assistants de gestion d’EDT. 150 heures en quatre modules sur 18 mois. Le contenu de la formation porte sur la commercialisation des prestations de travaux agricoles, la conduite technique des travaux, la maintenance de matériels et la gestion des risques et la participation à la gestion d’entreprise. «Cette première session devrait faire des petits… Il a fallu faire connaître la formation, recruter des jeunes qui sont aujourd’hui éloignés» du cursus scolaire pour avoir commencé à travailler en EDT. «Il est difficile de les capter à la sortie du bac.» il conclut le sujet : «cette formation est bénéfique aux jeunes, mais aussi aux entrepreneurs qui ont chez eux un des formés par la MFR, puisqu’il s’agit d’avoir auprès d’eux un personnel formé qui peut les seconder. C’était aussi la demande des EDT lorsque nous avions imaginé ce type de formation.»

Lire la suite dans notre édition du 10 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
3 656 élèves
Les 30 maisons familiales et rurales du Poitou-Charentes ont accueilli en 2015 pas moins de 3656 élèves en formation initiale scolaire du ministère de l’Agriculture (soit 47,5 % des effectifs de l’enseignement agricole de la région). Un effectif qui est en légère diminution: 55 élèves de moins. Une chute qui se matérialise pour au moins 4 associations par une perte de plusieurs dizaines d’élèves. Le contexte économique des territoires concernés peut être une des causes. En revanche , les chiffres concernant la formation continue progressent, avec 2532 stagiaires formés en 2015 sur 27 MFR.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui