L'Agriculteur Charentais 21 novembre 2013 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Entreprise - Penser à transmettre son exploitation fait partie de la stratégie de l’entreprise

Les Chambres d’agriculture du Poitou-Charentes organisent la quinzaine de la transmission du 25 novembre au 6 décembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Préparer la transmission de son exploitation est un travail qu’il faut largement anticiper.
Préparer la transmission de son exploitation est un travail qu’il faut largement anticiper. - © AC

Le monde agricole s’est toujours soucié de la question de la transmission des exploitations. Il y a quelques années, les politiques publiques favorisaient les départs d’agriculteurs pour permettre la restructuration des exploitations, afin d’améliorer leur compétitivité. Aujourd’hui, le problème se pose totalement différemment. La réduction du nombre d’agriculteurs se fait souvent au détriment de l’élevage, mettant en péril le maintien des autres acteurs de la filière. Cette évolution a aussi des conséquences sur l’environnement avec une augmentation de la surface des parcelles, une modification du paysage, mais aussi une évolution sur le plan social, la désertification de certaines zones rurales.

La transmission, un travail d’anticipation
Les exploitations sont de plus en plus importantes, ce qui pose le problème de la reprise des capitaux, d’autant que les enfants d’agriculteurs se désintéressent de plus en plus du métier. La majorité des candidats à l’installation sont des jeunes, sans capitaux, avec une part de plus en plus importante de jeunes hors cadre familial d’où des difficultés pour financer cette reprise de capital.Un autre enjeu très important, est la transmission des exploitations sous forme sociétaire. Celles-ci sont de plus en plus nombreuses et outre les difficultés qu’elles peuvent rencontrer pour trouver un repreneur, et transmettre des capitaux importants, elles se trouvent confrontées à un nouveau défi qui est l’intégration de jeunes hors cadre familiaux dans des structures agricoles dont le modèle reste encore essentiellement familial.De par les difficultés que l’on peut rencontrer, préparer la transmission de son exploitation est un travail qu’il faut largement anticiper. Penser à la transmission doit même faire partie de la stratégie de l’entreprise tout au long de son existence. En Poitou-Charentes, la quinzaine de la transmission, est organisée par les Chambres d’agriculture. Elle  se déroulera du 25 novembre au 6 décembre. Des réunions d’informations (1) seront organisées dans le département, de 14 h à 17 h : - Mardi 26 novembre, à la Chambre d’agriculture de Jonzac,  «transmettre et reprendre une exploitation viticole»- Mardi 3 décembre, à la Chambre d’agriculture d’Aigrefeuille,  «transmettre et reprendre une exploitation en production fermière et vente directe»- Jeudi 5 décembre, à l’amphithéâtre Fondation Robert, 13 rue G.Texier, à St Jean d’Angély,  «transmettre et reprendre une exploitation en production céréalière». Les Chambres d’agriculture accompagnent les agriculteurs dans leur projet de transmission et les jeunes dans leur projet d’installation, par du conseil, de la formation, des audits d’exploitation, l’organisation de stages. Elles disposent d’un outil de mise en relation entre cédants et repreneurs, le répertoire régional départ installation (RRDI), avec un site internet (2).
(1) Renseignements auprès de Joëlle Lepasteur  ou Karine Dagnaud Tél : 05.46.93.71.05. 
(2) www.repertoireinstallation.com

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui