L'Agriculteur Charentais 20 novembre 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Équarrissage : Alerte enlèvement !

La hausse du coût n’est pas supportable. Les éleveurs demandent aux instances nationales de trouver une autre solution : une CVO sur les produits industriels.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’Etat s’était désengagé et la filière caprine se doit de payer pour l’équarrissage. Avant la tenue du salon Caprinov’, la FNSEA Poitou Charentes et les JA de la région mettent un point d’honneur de chiffrer le coût d’une telle mesure refusée par les éleveurs caprins. La FNEC a proposé une «solution», «pour préserver le principe de mutualisation» et éviter, selon elle, le surcoût dû à cette nouvelle méthode d’enlèvement. Mais cela entraînerait pour les éleveurs une augmentation de la contribution des éleveurs, en 2014, payé sur une CVO augmentée ( de 0,32 € à 1,84 € par chèvre). Inacceptable clament depuis le début de l’année les éleveurs de la région. La FNSEA et les JA Poitou Charentes proposent aux éleveurs de chèvres de simuler l’impact de la hausse du coût de l’équarrissage intervenu en 2014. Pour rappel, le montant du coût de l’équarrissage a été multiplié par 6 cette année par rapport à 2013, sans concertation avec le bassin Charentes Poitou. Pour le moment grâce à un accord entre la FNSEA Poitou Charentes et les EDE de la région, la facture d’équarrissage reçu par les éleveurs a été basée sur la tarification 2013. Or, l’EDE va être obligé, faute de volonté nationale, de faire évoluer le dossier, d’adresser une facture complémentaire sur la base de la tarification 2014 en déduisant les sommes déjà versées. Cette facture devrait parvenir en fin d’année.

Lire la suite dans notre édition du 21 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
32,4 ME Mt
En 2017, en Nouvelle-Aquitaine, 1 815 projets ont ainsi été soutenus dans le cadre du Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles (PCAE), pour un montant global de 32,4 ME (Région, État, Europe, Agence de l’eau…). Ce plan, harmonisé en 2017 à l’échelle des trois ex-régions, déploie désormais un «panier» de dix dispositifs distincts et complémentaires, sous forme d’appels à projets annuels, afin d'’accompagner les agriculteurs au plus près de leurs besoins.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui