L'Agriculteur Charentais 03 mai 2018 à 11h00 | Par Bernard Aumailley

«Et si on tirait vers le haut le prix des vins charentais ?»

Achetés principalement l’été, ils clament encore toute leur place dans les rayons et en vente directe. Ils veulent se rendre plus visibles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Vins charentais

La gamme est de plus en plus large. De plus en plus de vins charentais sont élaborés, proposés. De plus en plus visibles, avec des logos simplifiés, des cartes-guide, un nouveau visuel de campagne de promotion et des présences multiples dans diverses manifestations. Pour autant, la partie, dans un univers très concurrentiel, est loin d’être gagnée. La qualité a depuis des décennies servi de bélier dans la prise des parts de marché. Maintenant, c’est au tour des prix «pour avancer en catégorie.» Le discours du président des vins charentais n’est pas simple  : augmenter les prix passe par la prise de conscience (collective) des producteurs qu’ils ont à  y gagner. 600 vignerons, cinq coopératives, quinze négociants…

Lire la suite dans notre édition papier du 4 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui