L'Agriculteur Charentais 24 novembre 2016 à 08h00 | Par B.B.

Etats-Unis : Le colosse de l'agriculture mondiale laisse entrevoir des failles

Si l'agriculture reste d'assez loin à la première place mondiale, les statistiques laissent apparaître une domination qui s'affaiblit et des mutations.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les Etats-Unis, c’est 983,1 Mha, dont 914,4 Mha de terres, dont 405,4 Mha de terres agricoles et 309,5 Mha de forêts.
Les Etats-Unis, c’est 983,1 Mha, dont 914,4 Mha de terres, dont 405,4 Mha de terres agricoles et 309,5 Mha de forêts. - © Marie Ombiline Vincent

Mastodonte de l'économie mondiale, les États-Unis constituent le premier exportateur mondial de produits agricoles et alimentaires, devant l'Union européenne. En 2014, leurs exportations s'élevaient à plus de 182 milliards d'US dollars.
Pour avoir un tel poids dans les échanges internationaux, les États-Unis ont misé sur certains secteurs stratégiques. Ils produisent notamment plus de 35 % du maïs mondial (345,5Mt en 2015-2016), 34 % du soja (107Mt) et plus de 20 % des céréales (423,1Mt). Comme dans ces trois secteurs, l'agriculture américaine est la première productrice mondiale de viande bovine (11,33Mt), devant le Brésil, et de volailles (21,22 Mt) devant l'UE et le Brésil.

Lire le dossier Décryptage dans notre édition papier du 18 novembre : l'agriculture américaine, l'immigration et emploi agricoles, l'équipe de Trump, blés américains, export vers les USA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.