L'Agriculteur Charentais 13 octobre 2016 à 08h00 | Par Arold Fayolle

Etre cheffe d’exploitation : une belle aventure

Installée à Nouaillé-Maupertuis (86) depuis l’an dernier, en production ovine et volailles, Laurence Gauthier a bénéficié du dispositif d’accompagnement à l’installation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Laurence Gauthier entourée de son troupeau
Laurence Gauthier entourée de son troupeau - © A.F.

Laurence Gauthier a passé son enfance dans la Vienne. Après des études d’ingénieur agronomique à Montpellier et une expérience professionnelle aux JA à Paris, elle se lance dans ce qu’elle appelle un «pari fou» : s’installer en production ovine et poules pondeuses sur 60 ha à Nouaillé-Maupertuis, en création totale. Elle commence le dispositif d’accompagnement à l’installation et opte pour l’installation aidée en septembre 2014. Laurence Gauthier insiste sur le fait que «le dispositif est très bien, les modules de formation sont très intéressants». Elle avoue que l’administratif est compliqué, mais il faut dédramatiser : «C’est normal de trouver des obstacles lorsque l’on monte une entreprise. Il faut être déterminé dans son projet».

Lire la suite dans l'édition du vendredi 7 octobre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.