L'Agriculteur Charentais 29 novembre 2018 à 10h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Être distillateur ambulant

Perpétuer un métier, une tradition, proposer un lieu de rencontre, telles sont les motivations qui ont amenées Georges Magny, de Breuil-la-Réorte, à reprendre un alambic ambulant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Ils sont environ 530 dans l’Hexagone dont trois dans le département à exercer ce métier. À Breuil-la-Réorte, Georges Magny, en fait partie  : il est distillateur ambulant. En plus d’être céréalier et salarié distillateur à Cognac chez un bouilleur de cru. Trois métiers qui lui demandent de l’organisation dans son planning. «Mon but est de faire durer le métier de distillateur ambulant», indique le jeune agriculteur, titulaire d’un BTS viti-oeno, qui connaît parfaitement les rouages de la distillation. «Je souhaiterais pouvoir en vivre par la suite, en arrêtant mon emploi de salarié.»

Temps, lieu et personnes
À la mi-novembre, il a fait sa première chauffe, chez lui, au lieu-dit «la Crignolée». Sous des bâches et des tôles, l’alambic, tout en cuivre, de 1946, laisse échapper de douces senteurs. Le temps s’arrête avec ce sentiment d’être ailleurs, d’être coupé du monde. «Je fais de la surveillance. Le débit doit être constant et régulier à la sortie de l’alambic. Je dois aussi être vigilant sur le feu et le tirage du bois. Le foyer doit toujours être chaud», explique ce passionné.

 

Retrouvez l'intégralité de cet article dans notre édition papier du 30 novembre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui