L'Agriculteur Charentais 05 mai 2016 à 09h00 | Par Bernard Aumailley

Etudes : La savante mécanique de la formation des prix

Cinquième édition de L’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires. Décomposition des prix au détail de plusieurs produits de grande consommation, analyse des coûts de la production agricole, de l’industrie et de la distribution. Bilan.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Le constat est d’abord statistique : «l’année 2015 a été marquée par la poursuite de la baisse globale des prix agricoles observée déjà en 2014 pour plusieurs productions et étendue cette année à la production laitière, très fortement affectée, avec un prix du lait en recul de -15% par rapport à une année 2014 (certes exceptionnellement favorable), mais de -6% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Selon l’Insee, la baisse moyenne des prix à la consommation tous produits confondus s’établit à -2,4% en 2015.» Le rapport annuel de l’Observatoire cible : «la baisse s’observe également pour les prix des produits des industries alimentaires, qui diminuent de près de 2% en 2015. Les prix à la consommation alimentaire, progressent très faiblement en 2015 (moins de 0,5% tous produits confondus).» A partir de cela,  quelles conclusions tirer ?

Lire la suite dans notre "Décryptage" du 29 avril et lisez l'intégralité du rapport ci joint

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui