L'Agriculteur Charentais 02 novembre 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Evénement : Ils ont communiqué pour l’agriculture

Des familles, des seniors, des ados, des grands-parents, des enfants, des urbains, des périurbains, des agriculteurs… des animaux et des stands.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Le défi était à relever. Prendre un espace d’exposition, trois halls et des terre-pleins, mettre quelques animaux emblématiques, proposer aux filières agricoles un espace de présentation, aux producteurs fermiers, un lieu de vente, aux pédagogues, des terrains de jeux explicatifs. La Chambre d’agriculture a réussi son pari : amener la campagne à la ville et les urbains à se balader dans une ferme reconstituée. Des dizaines d’heures de travail en amont, autant durant les trois jours. Et in fine, le satisfecit d’avoir touché l’objectif assigné, le sourire aux lèvres :
21 000 entrées.
Pendant ces trois jours, nombre de visiteurs ont eu le sentiment de revenir «aux sources.» Beaucoup ont eu des grands-parents, des arrières grands-parents agriculteurs. Plus rarement des parents. Les tracteurs, les champs aux abords de la ville, de leur lotissement, de leur commune, bien sûr, ils les voient. Là, il s’agissait de «toucher du doigt», ce monde qui leur paraît aujourd’hui lointain, mais nourricier.

Lire l'ensemble des reportages et toutes les photos  dans notre édition papier du 3 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.