L'Agriculteur Charentais 30 octobre 2014 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Expérimentation : Et si un drone prospectait la flavescence dorée

Détecter la flavescence dorée tout en restant chez soi... Un rêve...Non, bientôt une réalité !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pierre Gornard, ingénieur technico-commercial à Airinov.
Pierre Gornard, ingénieur technico-commercial à Airinov. - © AC

Pierre Gornard intrigue, suscite la curiosité avec son drone noir, aux bords jaunes. A St Sever, dans les vignes de Stéphane Grenon, et en partenariat avec Charentes Alliance, son engin de 700 grammes et de 96 centimètres d’envergure vient de survoler à 40 m de haut , 3,87 ha de vignes. «J’ai pris environ 1 500 photos» explique l’ingénieur technico-commercial et responsable formation à Airinov. La coopérative mène une expérimentation avec la toute jeune entreprise (créée en 2010) pour détecter les symptômes de la flavescence dorée. 

Elargir l’application
«Avec le drone, je recherche la réflectance de la plante. C’est-à-dire la lumière reflétée par le feuillage. Le couvert végétal absorbe une partie de la lumière et renvoie l’autre partie. C’est cette dernière qui nous intéresse. La flavescence dorée renvoie une longueur d’onde particulière» souligne avec enthousiasme l’ingénieur plutôt prolixe sur le sujet. «Toutes les photos ont été prises à un endroit défini et à un instant défini. Cela permet de savoir ce qu’a absorbé la plante. On peut ainsi définir un pourcentage de maladie.» Pour cette «séance photos», Charentes Alliance a fourni le détourage de la parcelle, «qui a été enregistré dans nos programmes.»

Lire la suite dans notre édition du 31 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.