L'Agriculteur Charentais 12 septembre 2013 à 11h06 | Par Alexandre MERLINGEAS

Expérimentation - Un partenariat pour anticiper l’avenir du vignoble

Le BNIC et le Conservatoire du vignoble charentais s’engagent dans la valorisation des cépages anciens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le partenariat entre le Conservatoire du vignoble charentais et le Bnic a pour but de préparer l'avenir de la filière cognac.
Le partenariat entre le Conservatoire du vignoble charentais et le Bnic a pour but de préparer l'avenir de la filière cognac. - © VC

Une fois n’est pas coutume, les vendanges seront tardives cette année. Pourtant avec le réchauffement climatique, on constate qu’elles sont de plus en plus précoces. Cette augmentation de l’ensoleillement n’est pas sans conséquences pour le cognac. Les raisins mûrissent plus vite. Ils renferment davantage de sucre et voient leur taux d’acidité bondir ne favorisant pas la fabrication des eaux-de-vie.Depuis plusieurs années, le Conservatoire du vignoble charentais recherche, conserve et expérimente des vieux cépages qui pourraient être intéressants dans le cadre de cette évolution climatique.Le Bnic et le conservatoire ont décidé d’intensifier leur travail en commun par le biais d’un partenariat qui a pour objectifs, la pérennité et la productivité du vignoble, la réduction des intrants phytosanitaires et l’adaptation au changement climatique. «Mieux vaut prévoir que guérir», a souligné Lilian Jousson, le président du conservatoire. «Les recherches sont longues», selon Patrice Pinet, le PDG de Courvoisier.

Le Monbadon est prometteur
Les maisons de cognac Hennessy, Rémy Martin et Courvoisier se sont engagées à implanter sur leurs exploitations respectives 80 ares de Monbadon, et une autre parcelle de la même surface avec de l’ugni blanc, dans le cadre de ce programme en trois volets.

Lire la suite dans notre édition du 13 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
371 440
C'est le nombre de dossiers Pac télédéclarés affiché par le ministère de l'Agriculture au lendemain de la date butoir de déclaration, le 15 juin. 99 % des dossiers ont ainsi été déclarés dans les temps. Les retardataires pourront déclarer jusqu'au 11 juillet, «moyennant une réduction de l'aide, proportionnelle au retard».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui