L'Agriculteur Charentais 20 novembre 2014 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Export : Normande made in Colombie

Xavier Vincent élève des Normandes, à La Ronde, mais juge aussi les animaux lors des concours. Il vient de vivre une expérience fort enrichissante en Colombie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Xavier Vincent (à gauche), l’éleveur et la grande championne 2014, Forteleza.
Xavier Vincent (à gauche), l’éleveur et la grande championne 2014, Forteleza. - © AC

Début octobre, alors que Surgères était sous les feux de l’actualité agricole, avec le salon de l’élevage, Xavier Vincent, éleveur de Normandes, à La Ronde, était à des milliers de kilomètres. En Colombie exactement. Il a participé, en tant que juge au 50ème concours national Normand, à Belén, à quatre heures de la capitale Bogota, dans la région de Boyaca, une zone d’élevage. 

Un concours spectaculaire
«J’ai obtenu mon agrément de juge national voilà maintenant quatre ans. J’ai participé en 2013, au salon de l’agriculture à Paris en tant que juge. Là j’ai rencontré Jorge Ruiz, juge colombien, et directeur de l’association de la race normande colombienne, Asonormando. Il m’a proposé de venir au 50ème concours national. Cette association compte 300 adhérents et 20 techniciens» relate avec toujours autant d’enthousiasme l’éleveur. Difficile pour ce passionné de la race Normande et des voyages de refuser. «J’ai pu vivre cette expérience grâce aussi à mon associé Dominique Pichot. Il est resté sur l’exploitation pour s’occuper des bêtes» tient-il à préciser. Il est parti avec l’OS Normande pour une expérience inoubliable. Ici pas de barrière pour la langue. «J’ai fait mon stage 6 mois, au Chili. Je parle espagnol. Et puis je pouvais compter sur l’aide de Jorge Ruiz. Il parle aussi le français.»

Lire la suite dans notre édition du 21 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui