L'Agriculteur Charentais 06 septembre 2018 à 10h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Face au manque d’eau, Bruxelles a des solutions

La vague de sécheresse qui a frappé l’Europe durant l’été a fortement affecté les cultures, en particulier fourragères. La Commission veut prévoir des dérogations sur le verdissement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le règlement proposé par Bruxelles sera voté début septembre et pourra entrer en vigueur rapidement dans la foulée.
Le règlement proposé par Bruxelles sera voté début septembre et pourra entrer en vigueur rapidement dans la foulée. - © Jérôme Chabanne

En réponse aux difficultés des agriculteurs européens affectés par la sécheresse estivale (en particulier au centre et au nord de l’UE), la Commission de Bruxelles a adopté le 14 août des mesures dérogatoires en faveur de huit États membres (Danemark, Estonie, Finlande, Lettonie, Lituanie, Pologne, Portugal et Suède) concernant les terres mises en jachère qui pourront être utilisées à des fins de production d’aliments pour animaux – dans des zones officiellement reconnues au niveau national comme étant touchées par la sécheresse et où se trouvent des animaux d’élevage. Comme annoncé en juillet, les avances de paiements pour les agriculteurs pourront être augmentées jusqu’à 70 % des soutiens directs et 85 % pour le développement rural dès la mi-octobre.

Retrouvez cet article dans notre édition papier du 7 septembre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui