L'Agriculteur Charentais 15 mai 2015 à 08h00 | Par E. Hersand

Faire de la région une dynamique de projets

C'est sous le prisme du nouveau découpage régional que la Fnsea Poitou-Charentes aborde 2015.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Moinard avait invité ses homologues du Limousin et d’Aquitaine, le président de Région Poitou-Charentes et le nouveau Draaf.
Philippe Moinard avait invité ses homologues du Limousin et d’Aquitaine, le président de Région Poitou-Charentes et le nouveau Draaf. - © E.H.

Si elle n'a pas encore de nom, la nouvelle région qui regroupera l'Aquitaine, le Limousin et le Poitou-Charentes fait depuis quelques mois beaucoup parler d'elle. Outre les évolutions politiques, l'agriculture est elle aussi largement concernée par cette réforme territoriale, notamment parce que cette région agricole sera la première d’Europe avec des places de leader dans de nombreuses productions. Les OPA voient plutôt comme une opportunité la création de cette nouvelle grande région, et la Fnsea Poitou-Charentes a choisi ce sujet comme thème principal de son assemblée générale, qui s'est déroulée mardi dernier à la chambre d'agriculture de la Vienne. Autour de Philippe Moinard, président de la Fnsea Poitou-Charentes, les présidents des Fnsea des deux autres régions, Daniel Couderc, Fnsea Limousin et Henri Bies-Péré, Fnsea Aquitaine ; mais aussi Jean-François Macaire, président de conseil régional Poitou-Charentes et Michel Sinoir, Draaf (lire page 6) étaient présent pour répondre à la question:  «Quelle est la place de nos OPA et de l’agriculture dans cette grande région, et quels sont les enjeux pour l’agriculture Picto-Charentaise?». L’agriculteur des Deux-Sèvres et président  de la Fnsea Poitou-Charentes, Philippe Moinard,  estime que «rejoindre la région Aquitaine, où la politique est plus pragmatique, avec l’économie en priorité» est plutôt une bonne nouvelle. Pour Jean-François Macaire, cette grande région doit être vue comme une dynamique de projets.

Suite dans l'édition du 15 mai 2015

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.