L'Agriculteur Charentais 27 février 2014 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

FD Cuma des Charentes - Les Cuma des Charentes vont passer l’épreuve de la réforme de la PAC

Un débat sur la réforme de la PAC et ses incidences a animé l’assemblée générale de la fédération.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pascal Chantepie, président des CUMA des Charentes, Sébastien Selin, secrétaire, et Philippe Cimetiere, administrateur.
Pascal Chantepie, président des CUMA des Charentes, Sébastien Selin, secrétaire, et Philippe Cimetiere, administrateur. - © VC

La PAC et ses bouleversements à partir de 2015 demeurent le grand sujet qui agite les milieux agricoles ses temps-ci. La fédération des Cuma des Charentes a profité de son assemblée générale le 21 février à Sigogne, en Charente, pour aborder cette question importante pour les agriculteurs. C’est Pascal Basset, du CER France, qui s’est collé à cet exercice plutôt fastidieux sur cette vaste équation aux subtilités complexes. Diaporamas à l’appui, il a énoncé les différents éléments constitutifs de cette nouvelle PAC 2015-2020 avec la baisse de 3 % du budget global, le remplacement des DPU par les DPB, les paiements vert et les paiements redistributifs, les aides couplés et leurs enveloppes par production, alors que le second pilier qui récupère 3 % du budget du premier pilier voit sa gestion confiée aux Conseils régionaux. Les DPB seront constitués d’une part historique et d’une part convergente qui évoluera au fil des années en faveur de la seconde (30 % / 70%), sans que l’exploitant ne puisse perdent plus 30 % de ces aides initiales. Reste encore un certain nombre de questions en suspens : Comment le plafond d’aides sera mis en place ? Les Gaec, quelles règles de transparences ? Quel sera le montant précis des aides couplées ? Quelles MAE seront mises en place ? En attendant la définition de ces éléments, il en résulte dans l’ensemble, en dépit de la multiplicité des cas, plutôt une perte du niveau d’aides (voir encadré), doublé d’un renforcement des contrôles.

Lire la suite dans notre édition du 28 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui