L'Agriculteur Charentais 20 avril 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

FDGDON : Y’a pas que les ragondins !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

A  regarder les chiffres des éliminations de ces rongeurs de marais, on pourrait croire qu’ils cachent le travail de la FDGDON départementale. Certes ces «rongeurs aquatiques nuisibles» se comptent par milliers. Ragondins et rats musqués causent souci d’élimination et des dégâts structurels. Leur lutte semble un tonneau des Danaïdes : alors à la FDGDON on les a à l’œil, on les jauge et on organise la lutte collective (piégeage et tir au fusil) et on tente de dresser le bilan des régulations. Pas moins de 10 brigades sont mobilisées avec les associations d’insertion. 22 739 animaux prélevés. Comme avec 22 ACCA : 50 000 animaux détruits ou prélevés. Il faut y ajouter les battues administratives et les battues des ACCA, les piégeages des CdC. Au total, 84 021 animaux ne rongent plus les berges ou les cultures. C’est le nombre le plus important depuis 6 ans. Pierre Borde se félicitait dans son rapport moral lors de l’assemblée générale à Longèves de la contribution financière des collectivités locales, des syndicats de marais dans cette lutte. Mais il parle au passé car la loi NOTRe interdit toute aide directe. «Il va nous falloir réorganiser notre financement de la lutte collective, même si la FDGDON reste missionnée par l’Etat.»
Alors derrière le ragondin, la FDGDON continue d’oeuvrer contre le campagnol des champs, les corvidés (eux aussi bouffeurs de cultures) la propagation de la flavescence dorée, les chenilles défoliatrices par la lutte insecticide microbiologique ou les pièges à phéromone, les frelons asiatiques (673 pièges livrés).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.