L'Agriculteur Charentais 05 mai 2016 à 09h00 | Par Laurence Guilemin

FDGEDON : Satanés nuisibles !

Ragondins, rats musqués, campagnols, corvidés, chenilles, frelons, taupes...il y a du travail sur la planche !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La FDGEDON a souligné l’engagement de chacun, l’esprit d’équipe dans les luttes collectives.
La FDGEDON a souligné l’engagement de chacun, l’esprit d’équipe dans les luttes collectives. - © FDGEDON

A voir le nombre de participants assister à l’assemblée générale de la FDGEDON (fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles), à Thénac, début avril, on se dit que la structure a tout son intérêt dans le département. Une matinée pour faire le bilan sur les rongeurs aquatiques nuisibles, le campagnol des champs, les corvidés, la flavescence dorée, mais aussi les chenilles défoliatrices, le frelon asiatique, les rongeurs commensaux et la taupe. Le président, Pierre Borde a souligné «l’aide précieuse du Conseil départemental. Il est notre premier financeur, avec une subvention de 170 000 E». Avec le nouveau découpage des territoires, les contours des groupements deviennent maintenant des Gidon (groupements intercommunaux de défense contre les organismes nuisibles).

Lire la suite dans notre édition papier du 29 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.