L'Agriculteur Charentais 02 avril 2015 à 08h00 | Par laurence Guilemin

Filière : Broutard Max, une démarche «gagnant-gagnant»

La vaccination a toujours été effectuée sur les broutards de Vincent Marotte. Une démarche bénéfique pour les naisseurs, mais aussi les engraisseurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vincent Marotte parmi ses broutards Max avec Pierre-Emmanuel Dillot, technicien à Ter Élevage.
Vincent Marotte parmi ses broutards Max avec Pierre-Emmanuel Dillot, technicien à Ter Élevage. - © AC

Ne pas vacciner ses broutards contre les maladies respiratoires n’est pas concevable pour Vincent Marotte. Installé depuis 2008, (suite à un départ en retraite), à St Nazaire sur Charente, l’éleveur perdure cette étape dans la conduite de son troupeau d’une trentaine de broutards charolais (mâles et femelles). «Ici le vêlage c’est à l’automne, en septembre, plus exactement, eu égard à notre mode d’alimentation et notre potentiel de prairies. Or le point faible à cette période, c’est l’apparition de problèmes respiratoires sur les veaux en hiver. La vaccination s’impose  donc sur l’exploitation, surtout contre le virus RS, qui est le plus foudroyant» explique Vincent Marotte. Pour cela, il bénéficie du programme lancé par Ter Elevage, Broutard Max. «Cette démarche, mise en place en 2011, par les vétérinaires de la coopérative, s’intègre dans le cadre de l’AEI, Agriculture Ecologiquement Intensive. L’objectif premier est de diminuer les pathologies respiratoires en atelier d’engraissement» précise Pierre-Emmanuel Dillot, technicien à la coop.

Lire la suite dans notre édition du 3 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).