L'Agriculteur Charentais 02 février 2017 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Filière : Le bio, ici et ailleurs pour être compétitif

St Jean d’Angély a accueilli le premier forum régional bio, jeudi dernier. Au menu : territoire, Europe et compétitivité

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Lassale Saint-Jean ( à gauche) a accueilli une centaine de participants au premier forum régional bio, à St Jean d’Angély
Philippe Lassale Saint-Jean ( à gauche) a accueilli une centaine de participants au premier forum régional bio, à St Jean d’Angély - © AC

L’Abbaye Royale de Saint Jean d’Angély a servi de point de rencontre pour le premier forum régional, organisé par Interbio Nouvelle Aquitaine avec l’appui du Conseil régional, jeudi 19 janvier. Le secteur bio se porte bien, puisque «la Nouvelle Aquitaine totalise 200 000 ha en bio, et se place au 3ème rang dans l’Hexagone. Cela représente 5 % de la SAU avec plus de 4 700 producteurs bio» a précisé en préambule Philippe Lassalle Saint-Jean, président de la structure. Cette journée s’est aussi déroulée dans le cadre du projet SME Organics. A travers l’Europe, le développement de l’agriculture bio présente quelques disparités. Le SME Organics a pour objectif de renforcer la compétitivité des PME de ce secteur. Ce programme est piloté par la Navarre (la Région Nouvelle Aquitaine et Interbio Nouvelle Aquitaine sont les seuls représentants français) et regroupe huit régions .

Lire la suite dans notre édition papier du 27 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui