L'Agriculteur Charentais 10 octobre 2013 à 11h01 | Par Elisabeth Hersand

Filière porc - Miser sur la qualité et le sanitaire

L’association régionale porcine a rappelé l’intérêt de poursuivre les efforts sanitaires et le travail sur les filières de qualité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après plusieurs années de crise, les éleveurs porcins, et notamment ceux du Poitou-Charentes, sont actuellement dans un contexte bien plus favorable. À noter qu’en 2012, 714 992 porcs ont été produits en Poitou-Charentes Depuis 2012, les prix du porc ont plutôt progressé, malgré des fluctuations importantes début 2013. «Malheureusement, le coût des aliments progresse aussi» précise Gilles Corvaisien, animateur au sein de l’ARPPC (association régionale porcine Poitou-Charentes). Face aux fluctuations des marchés, la filière porcine régionale avait pris part, dès 1998, à la mise en place d’une indication géographique protégée pour le jambon de Bayonne. Un signe de qualité qui représente 16 % des éleveurs de la région, et 25 % des truies. Depuis le 5 mai dernier, l’ICGP du Sud Ouest a été obtenue. Si elle correspond au même secteur que l’IGP Jambon de Bayonne, elle permet de valoriser l’ensemble de la carcasse (et donc pas seulement le jambon). Un nouvel outil sur lequel les responsables de l’ARPPC comptent pour maintenir la production porcine actuelle. D’autres démarches de qualité sont suivies et accompagnées par l’ARPPC.

Lire la suite dans notre éditon du 11 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui