L'Agriculteur Charentais 15 décembre 2016 à 08h00 | Par INRA

Filière viticole : Une chaire industrielle en agronomie pour lutter contre les maladies du bois

Une chaire industrielle dans le domaine agronomique visant la lutte contre les maladies du bois de la vigne vient d’être lancée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En 2014, 13 % du vignoble français était considéré improductif du fait des maladies du bois, représentant une perte de production de 2,1 à 3,4 millions d’hectolitres, soit environ un milliard d’euros de préjudice pour les producteurs.
En 2014, 13 % du vignoble français était considéré improductif du fait des maladies du bois, représentant une perte de production de 2,1 à 3,4 millions d’hectolitres, soit environ un milliard d’euros de préjudice pour les producteurs. - © JC Gutner

Fournir de nouveaux moyens de compréhension et de lutte contre les maladies du bois de la vigne est l’objectif de l’unique chaire industrielle dans le domaine agronomique en France. Financée par l’Agence nationale de la recherche (ANR), cette chaire industrielle renforce une collaboration initiée en 2015 entre le leader mondial du cognac Jas Hennessy & Co et l’Unité Santé et agroécologie du vignoble (Inra-Bordeaux Sciences Agro). Ce programme vise à proposer une stratégie de protection agroécologique du vignoble, intégrant la conception d’itinéraires techniques innovants, le biocontrôle et l’amélioration génétique. Officiellement lancée au centre Inra Bordeaux-Aquitaine le 2 décembre, la chaire industrielle «GTDfree» consolidera les synergies entre recherche et acteurs socioéconomiques au bénéfice des producteurs et de la filière.
Ce nouveau projet de 2,73 million d’euros mobilisera près de 25 chercheurs, ingénieurs et techniciens sur la période 2016-2020.

Lire la suite dans l’édition papier du 9 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.