L'Agriculteur Charentais 26 mars 2015 à 08h00 | Par AC

Financement participatif : Lancement d’une distillerie artisanale en Charente-Maritime

Philippe Laclie décide de se lancer un nouveau défi avec la création d’une distillerie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le créateur de la distillerie en appelle au financement participatif sur le site MiiMOSA.
Le créateur de la distillerie en appelle au financement participatif sur le site MiiMOSA. - © AC

La distillerie de Bercloux est installée au sein d’une exploitation viticole qui existe depuis cinq générations. Dans cette distillerie, Philippe Laclie, le gérant, a l’ambition de produire dans quelques semaines des alcools certifiés bio : du whisky pur malt, du gin et des alcools de plantes (absinthe, menthe poivrée, thym citron…). «J’ai déjà identifié et choisi le «must» des matières premières pour produire des alcools de qualité : des fruits issus de notre région, des plantes issues en majorité de chez Plantabeneze à Aumagne, des malts de la malterie du Château en Belgique» explique-t-il. Le tout sera distillé dans un petit alambic à colonne, un stupfler® fabriqué à Bègles, qui permettra de produire une large gamme d’alcools. «Nous avons commencé à en distiller cet hiver pour tester la qualité de la production ; nous sommes prêts !» se réjouit Philippe Laclie.

Lire la suite dans notre édition du 27 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).