L'Agriculteur Charentais 13 juillet 2018 à 09h00 | Par FFS

Flamboyants à l’export, les spiritueux attirent différement en France

Sur le marché national, les cocktails et la prémiumisation dominent. À l’export, le seuil symbolique des 4 milliards d’euros est pour la première fois dépassé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le marché des spiritueux se porte bien dans l’Hexagone, tiré notamment par la production de cognac qui représente plus des deux tiers de la valeur des exportations.
Le marché des spiritueux se porte bien dans l’Hexagone, tiré notamment par la production de cognac qui représente plus des deux tiers de la valeur des exportations. - © BA

Les spiritueux français se portent bien ! C’est la principale leçon à tirer de la conférence de presse sur l’économie du secteur donnée le 3 juillet par Michel Gayraud, président de la Fédération française des spiritueux (FFS). Alors que le marché intérieur est stable, avec 279 millions de litres écoulés en grande distribution, le chiffre d’affaires à l’exportation tire son épingle du jeu. Le secteur a atteint 4,2 milliards d’euros en 2017, un niveau jamais atteint auparavant qui souligne la bonne forme des ventes à l’étranger.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 13 juillet 2018

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui