L'Agriculteur Charentais 30 juin 2016 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Flavescence dorée : Des chiffres encourageants pour la prospection

Le travail des animateurs sur le terrain et la prise de conscience des viticulteurs face à la maladie ont payé : la prospection est en augmentation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La présence de la flavescence dorée peut amener à un arrachage de la parcelle.
La présence de la flavescence dorée peut amener à un arrachage de la parcelle. - © AC

La campagne 2015 de lutte contre la flavescence dorée est marquée par une augmentation de la prospection. «En effet, 68% de la superficie du vignoble a été prospectée. C’est 5 points de plus qu’en 2014» signale-t-on sur le site Stop Flavesnce dorée. Ce chiffre encourageant est le résultats de plusieurs facteurs. «Le travail des sept animateurs sur le terrain est l’une des explications. Ils sont là pour aider les viticulteurs à prospecter» avance Laetitia Sicaud, animatrice du groupe technique régional «flavescence dorée). Des animateurs qui sont encadrés par des techniciens des Chambres d’agriculture 16-17 et financés par la fédération des interprofessions du bassin viticole.

Lire la suite dans notre édition papier du 24 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.