L'Agriculteur Charentais 02 octobre 2014 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Flavescence dorée : Envoyez vos fiches de prospection !

Objectif 2014 : améliorer les prospections. Cinq animateurs aidés des référents doivent permettre d’inciter les viticulteurs à mieux prospecter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thomas Yonnet, animateur à la Chambre d’agriculture, Stéphane Grenon, viticulteur et Michel Girard, technicien viticole à la Chambre d’agriculture.
Thomas Yonnet, animateur à la Chambre d’agriculture, Stéphane Grenon, viticulteur et Michel Girard, technicien viticole à la Chambre d’agriculture. - © L. Guilemin

A Saint Sever, à côté de Saintes, Stéphane Grenon, viticulteur, connaît ses 12,64 ha de vignes par cœur : il vient de les prospecter pour lutter contre la flavescence dorée. Cette maladie, est due à un phytoplasme (sorte de bactérie), transmis par une cicadelle, (Scaphoideus titanus). Celle-ci véhicule le phytoplasme, responsable de la maladie, lorsqu'elle pique le cep pour se nourrir. Et justement, Stéphane Grenon a eu ses vignes touchées en 2010. “600 pieds étaient atteints sur l’ensemble de mon vignoble. Puis en 2011, 70 pieds étaient touchés. Depuis deux ans, j’ai comptabilisé que 50 pieds. Sur certaines parcelles je n’ai plus rien” explique celui qui est aussi référent Flavescence dorée pour sa commune. Car, le viticulteur s’est engagé au côté de la chambre d’agriculture  pour dire “Stop à la flavescence dorée”.

Référents et animateurs

Par ailleurs, cinq animateurs (deux en Charente et trois pour le département) ont été recrutés par les deux Chambres d’agriculture. Un plan de prospection a été mis en place. Thomas Yonnet est l’un des animateurs, qui a œuvré à cette action. “En juillet, nous avons organisé des réunions de sensibilisation avec les mairies auprès des viticulteurs. Nous avons présenté l’évolution de la maladie et du PLO (périmètre de lutte obligatoire) de 1998 à maintenant. Ceci afin de montrer que les traitements insecticides ne suffisent pas. Il faut prospecter. Les mairies ont diffusé les informations auprès des viticulteurs de leurs communes. La collaboration avec les maires est essentielle. Elles ont obligation de faire appliquer l’arrêté.”


Lire la suite, dans l'édition du 10 octobre 2014

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui