L'Agriculteur Charentais 18 décembre 2014 à 08h00 | Par ACA

FNB : Les producteurs de viande bovine en attente de réponse

Lors de la réunion annuelle dans le grand ouest, les actions syndicales conduites sur ces derniers mois avec les perspectives d’avenir en termes de marché ont animé les débats.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © François d’Alteroche

Lors de la tournée régionale de la FNB, les responsables syndicaux des régions Pays de la Loire, Bretagne et Poitou-Charentes étaient venus chercher des réponses à leurs nombreuses interrogations : per- spectives de marché, évolutions de la PAC, acquis suite aux actions syndicales… Autant de sujets qui ont alimenté les échanges avec les représentants de la FNB le 10 décembre à Nantes. 

Quelles retombées suite aux actions syndicales ?
Pierre Vaugarny, Secrétaire Général de la FNB, a ouvert les échanges en rappelant la mobilisation syndicale du réseau suite à la baisse des prix. Depuis les premières actions conduites dans la distribution en région parisienne au printemps, jusqu’à la récente action du 5 novembre engagée par la Fnsea sur «Manger Français», les dossiers ont évolué de manière positive. «Grâce à la mobilisation du terrain et à l’ensemble des actions conduites à destination des GMS ou de la restauration collective, les entreprises, très attachées à leur image, sont vigilantes et commencent à modifier leurs pratiques». La restauration hors foyer constitue un enjeu primordial pour maintenir l’équilibre des marchés. Les politiques sont actuellement plus à l’écoute sur l’approvisionnement français et/ou de proximité. Sur ces questions de consommation et de marché intérieur, il ressort les réflexions engagées sur la qualité de nos viandes. Pour Jean-Pierre Fleury, Président de la FNB, il est évident que l’avenir de la filière dépend de son savoir-faire et de la qualité des viandes. «Contrairement à certains maillons de la filière qui ne voient que par le prix pour être compétitif sur le marché mondial, je réalise le pari que le prix passera par la qualité des  races à viande, en intégrant de nouveaux marchés par les segments supérieurs».

Lire la suite dans notre édition du 19 décembre

Section bovine fnsea poitou charentes
Un plan d’actions pour les mois à venir
La section bovine de la Fnsea Poitou-Charentes s’est réunie le 3 décembre afin d’établir un plan d’action pour les mois à venir au vu de la crise conjoncturelle que traverse la production avec des niveaux de trésorerie très inquiétants chez les éleveurs. S’ajoutant à une baisse des cours depuis le printemps, l'embargo déclaré par la Russie sur les produits agricoles et agroalimentaires européens a contribué à déstabiliser les marchés dont celui de la viande bovine. La perspective de la fin des quotas laitiers le 31 mars prochain, qui va entraîner un afflux important de vaches de réforme laitières dans les abattoirs européens, amplifie les inquiétudes de la filière viande.Dans ce contexte, les membres de la section bovine de la Fnsea Poitou-Charentes, en parallèle des rendez-vous programmés par la FNB avec les banques (Crédit Mutuel et Crédit Agricole), ont décidé d’engager des rencontres avec les caisses locales en y associant d’autres productions en difficulté. Pour Alain Chabauty « ces rencontres doivent en région, permettre de réfléchir à des solutions à court ou moyen terme permettant de donner plus de lisibilité aux producteurs. Ces actions locales conforteront les démarches nationales.»Les producteurs de viande bovine souhaitent également rencontrer les responsables des  groupements de producteurs du territoire afin d’échanger sur les perspectives de marché et les stratégies nationales. Ces dernières auront lieu sur le début l’année. Dans la continuité des travaux débutés sur l’ensemble de la région, une attention toute particulière va être portée aux projets d’approvisionnement de proximité. Dans la logique des récentes annonces du Ministre de l’Agriculture sur les aides de trésorerie (MSA, TFNB,…), le réseau syndical jouera son rôle d’accompagnement des agriculteurs. 
ACA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

27-09-2018 | L'Agriculteur Charentais

Céréales

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10,6 %
A la fin juillet 2018, le cumul sur douze mois du nombre de défaillances d’entreprises (tous secteurs d’activité confondus) s’est élevé à 53 000, soit une baisse de 4,7 % sur un an, indique la Banque de France dans un communiqué un 11 octobre. «Les secteurs de l’agriculture, des activités immobilières et de l’industrie enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur douze mois (respectivement - 10,6 %, - 6,8 % et - 6,6  %).» Les défaillances diminuent aussi dans la construction (- 6,4 %) mais elles augmentent dans les transports et l’entreposage (+ 8,7 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui