L'Agriculteur Charentais 09 février 2017 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

FNSEA 17 : A la rencontre des adhérents

La tournée des cantons est l’occasion d’échanger, d’évoquer les projets et parler de son territoire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des rencontres cantonales de proximité (ici à St Genis de Saintonge) pour mieux connaître les projets et les problématiques des territoires.
Des rencontres cantonales de proximité (ici à St Genis de Saintonge) pour mieux connaître les projets et les problématiques des territoires. - © AC

Chaque année, quelques semaines avant son assemblée générale (qui se déroulera le vendredi 10 mars, à Saintes), la FNSEA 17 organise une série de réunions cantonales, pour prendre le pouls, et rendre compte de ses multiples activités, ses services et les acquis. Certes, le nombre de participants à ses rencontres cantonales peut parfois déstabiliser, mais la richesse des discussions balaie vite ce constat. Exemple avec celle de St Genis de Saintonge. Ce lien avec l’adhérent et le futur-adhérent est primordial. D’ailleurs, Pascal Berteau, animateur à la FNSEA 17 le concrétise dans ses propos : «malgré le redécoupage territorial, nous avons gardé les anciens cantons pour garder de la proximité.» Les sujets abordés sont multiples : Pac, ATR, Cipan, TNFB, zone défavorisée, arrêté sur les phytos... L’animateur précise que dans le département, 700 dossiers ne sont pas éligibles au verdissement, contre seulement 15 chez les voisins deux-sévriens. Sur les 700 dossiers, 650 concernent le SIE (surfaces d’intérêt écologiques) et 50 le retournement de prairies.

Lire la suite dans notre édition papier du 3 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui