L'Agriculteur Charentais 31 mars 2016 à 08h00 | Par Pascal Berteau

FNSEA 17- JA 17 : Une rencontre et des chantiers

RHD, export, segmentation en GMS au menu de la rencontre de la section départementale «viande bovine»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cédric Mandin, éleveur vendéen et secrétaire général adjoint à la FNB est intervenu lors de l'assemblée générale de la section bovin viande.
Cédric Mandin, éleveur vendéen et secrétaire général adjoint à la FNB est intervenu lors de l'assemblée générale de la section bovin viande. - © AC

Les éleveurs du département  se sont retrouvés, le 8 mars à Saintes, en présence de Cédric Mandin, éleveur de Charolaises en Vendée et secrétaire général adjoint de la FNB, à l'occasion de l'assemblée générale de la section «viande bovine» de la FNSEA17-JA17.

Segementer du début à la fin
Cédric Mandin est intervenu sur la situation de l'élevage en France : les producteurs traversent une crise structurelle avec un rapport coût de production sur prix de vente déficitaire pour les producteurs de 60 à 80 centimes d'euro par kg de carcasse. Pour le responsable FNB, «il est urgent de redonner sa valeur au troupeau allaitant. Il faut différencier le troupeau laitier du troupeau allaitant. Il est anormal de voir des réformes laitières abattues non taries. Il faut segmenter du début de la filière jusqu'à la vente.»

Lire la suite dans notre édition papier du 25 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).