L'Agriculteur Charentais 15 mai 2014 à 14h11 | Par Bernard Aumailley

Focus Eco - La ménagère de plus de 65 ans…

Plus nous vieillissons, moins nous consommons, mais davantage de services. De là à générer un autre type d’économie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ac

Faut-il prendre au sérieux ceux qui parle de la « sylver économie» ? Lors de la dernière conférence annuelle de l’économie au Conseil général, le débat était sur la table. Sylver, argent, comme les cheveux des séniors. La sémantique s’habille de neuf pour décrire les plus de 65 ans. Un récent rapport du Conseil économique et social régional met en avant cette catégorie d’âge comme «levier d’une économie.» On passe de l’idée de «subir» cette démographie à celle de «chances» pour le développement. Certes, ces «acteurs économiques» ne réagissent pas de la même manière en début de retraite qu’en devenant octogénaires ou nonagénaires. Le vieillissement est donc une «opportunité» plus qu’une contrainte. Les papy-boomers, les tranches d’âge d’après-guerre, sont là : ils choisissent souvent nos contrées pour y couler des jours heureux. C’est leur épargne, leurs investissements, leurs achats, leurs demandes de service qui sous-tendent la «sylver économie.» Et les prospectives démographiques montrent que la tendance est à l’augmentation de leur nombre d’ici 2040. D’abord, le CESE tente de tordre le coup à l’idée de séparation générationnelle. S’il introduit sa notion d’espérance de vie, c’est pour mieux appréhender le phénomène. «Entre 99 et 2012, la population des seniors a augmenté de plus de 16,7 % en Poitou Charentes, soit 21 % de la population régionale.» Un habitant sur cinq. Jusqu’en 2017, l’augmentation est de 2,4 % par an, puis ensuite de 1,8 % jusqu’en 2040 (un tiers de la population). L’âge moyen, puisque la population globale vieillit, est aujourd’hui dans la région de 42,3 ans. L’espérance de vie des hommes en Poitou Charentes est de 78,2 ans (moins que la moyenne nationale), celle des femmes 85,2 ans (84,9 ans en France). Bien sûr, cette espérance est «inégale» suivant les catégories socio-professionnelles exercées. Ainsi pour les agriculteurs dans la région, elle est de 30,9 ans à 50 ans et 35,2 ans pour les agricultrices. Sur le portrait dressé de ces seniors, l’INSEE ajoute que 43 % des personnes en Charente-Maritime de plus de 60 ans vivent dans un logement de 5 pièces et plus, 7 % dans une ou deux pièces, et 84 % sont propriétaires. Mais presque 10 % des plus de 75 ans habitent des logements sans confort (sans douche, baignoires, toilettes) et 12,8 % dans le milieu rural et 4,6 % en villes. Autre détail d’importance lorsque l’on parle de sylver économie, c’est que 17,6 % des plus de 75 ans ont un revenu annuel de moins de 5000 €. (20 % en milieu rural) et la moitié des plus de 75 ans vivent seuls.

Lire la suite dans notre édition du 16 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui