L'Agriculteur Charentais 23 mai 2013 à 11h40 | Par Arvalis

Fongicides blé dur - Des conditions favorables à «michrodochium nivale»

D’un côté la rouille brune ne s’installe pas vraiment, de l’autre,des risques de michrodochium nivale peuvent apparaître. En cause : la fraîcheur et l’humidité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les températures fraîches que nous subissons depuis plusieurs jours sont peu favorables à l’installation de la rouille brune, maladie habituellement plus présente en blé dur. Par contre, températures fraiches et forte humidité pourraient favoriser le développement de michrodochium nivale sur feuilles et sur épi. Sur feuille, la maladie est peu fréquente dans la région mais elle a été observée sur blé dur par le passé notamment lors de printemps humides et frais type 1998. Les dégâts les plus élevés avaient alors été relevé dans le marais. Sur épi, elle est plus fréquente et peut occasionner des dégâts importants de deux ordres : pertes de rendement significatives et surtout forte dégradation de la qualité.

Lire la suite dans notre édition du 24 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.