L'Agriculteur Charentais 02 juin 2016 à 08h00 | Par Virginie Quartier

Formation à l’Écornage : Réduire le stress et la pénibilité

La prise en charge de la douleur est désormais actée par les pouvoirs publics et les vétos.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Infographie Réussir

L'écornage est vécu comme indispensable pour limiter les risques pour les hommes et les animaux. Mais c'est aussi une tâche pénible et peu appréciée. Le réseau mixte technologique Bien-être animal a travaillé pendant trois ans pour apporter des solutions pour la prise en charge de la douleur et de l'inflammation dues à l'intervention, tout en améliorant le travail de l'éleveur. Dans le cadre du projet AccEC (1), une formation spécifique sur l'écornage a été créée. Ses travaux ont aussi permis aux pouvoirs publics et à la profession vétérinaire de discuter d'un protocole d'écornage, avec la possibilité pour les vétérinaires de prescrire des médicaments pour prendre en charge la douleur.

Lire la suite dans notre édition du 27 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui