L'Agriculteur Charentais 09 mars 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Formation : Quelles compétences pour être agriculteur, vous avez 3 heures !

Imaginer les demandes de la profession, les traduire en termes d’enseignements, pour mieux former les jeunes à leur métier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Stéphane LEITENBERGER

S’interroger, sur quelles compétences «devraient» avoir les agriculteurs de demain pour un centre de formation initiale, semble presque évident. Pas tant que cela. C’est l’exercice auquel s’est livré un certain nombre d’agriculteurs, liés de près ou de loin à la maison familiale de Saint Germain de Marencennes. Maison familiale formant les futurs installés et salariés des entreprises agricoles et para-agricoles.
Une soirée, dans la grande salle de la MFR, deux jeunes, Nicolas Moineau et Noémie Spirkel, des bac pro, quelques cadres enseignants de la MFR, des agriculteurs, des anciens élèves maintenant installés, des responsables d’OPA. Tous autour d’une table et selon Freddy Bonnin, président de la MFR, «pour réfléchir afin de mettre en place des formations adaptées à nos besoins. Sommes-nous, formateurs, parents, dans les clous ?» Quels sont-ils ces besoins ? Le tour de table situe vite la problématique : un agriculteur doit savoir «presque» tout faire : de la technique au mécanicien, de la lecture de cartographie au montage des dossiers administratifs, du commercial à la gestion financière.

Lire l'ensemble du dossier formation : la voie de l'apprentissage, se former pour être ouvrier polyvalent, les journées portes ouvertes des lycées dans notre édition papier du 3 mars :

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.