L'Agriculteur Charentais 02 janvier 2014 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

François Avrard - Souhaits et perspectives pour 2014...

Gérant de l’Agriculteur Charentais - Président de la FNSEA 17

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Pour les agriculteurs
Une nouvelle année se présente à nous, mais ceux qui façonnent et dessinent le paysage France se posent d’énormes questions : une lisibilité quasiment nulle, une réglementation européenne et franco-française qui ne cesse de faire du zèle. Résultat sur le terrain : une incompréhension totale. Que se passe-t-il dans les couloirs des ministères parisiens, mais aussi dans les Régions (préfectures, Draaf, Dreal) ? Les mots de dialogue, de consensus, de négociation ont-ils disparu de leurs dictionnaires ? Et dans la tête de nos technocrates ? D’abord, ils imposent, puis ils font semblant de négocier, pour se faire pardonner devant le peuple. Je ne comprends plus ce déroulé !Dans ma vie quotidienne, je constate, depuis plusieurs décennies, la trilogie dans le fonctionnement du métier : Agronomie-Economie-Environnement. Ces trois concepts s’articulent à foison. Les disséquer ne sert qu’à accroître les problématiques. L’héritage laissé par les générations précédentes, qui place notre agriculture au premier rang mondial pour sa qualité, ne trouve plus son simple bon sens dans une directive administrative, décidant de tout du sommet de la pyramide et n’écoutant surtout plus les acteurs responsables des milieux ruraux. La diversité de notre pays ne se compose pas d’une seule et même identité. Les territoires sont sous nos pieds pour le prouver avec leurs particularismes emblématiques. 

Pour nos lecteurs
2013 a vu l’Agriculteur Charentais fêter son 2500 ième numéro en se projetant sur la sociologie et les changements de l’agriculture départementale. Mais votre hebdomadaire a investi de nouveaux médias : un site internet avec des centaines d’articles et de reportages, une présence sur le réseau social Twitter, dans les radios locales (France Bleu et RCF). 2014 verra le plus vieil hebdomadaire de Charente-Maritime fêter son 80 ième anniversaire. A cette occasion, avec sa parution hebdomadaire, il va vous proposer deux numéros hors-série «Atous», dédiés à la haute performance en agriculture. Tournés vers l’avenir.Que 2014 apporte sagesse et compréhension aux décideurs et plein de pages à lire, chaque vendredi pour être plus proche, plus professionnel. 
Meilleurs vœux à nos lectrices et lecteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui