L'Agriculteur Charentais 19 mars 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

François Avrard : Marquer plus d’intérêt pour l’agriculture

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Il voulait des politiques. Il y en a eu. Assemblée générale explicative avec eux, le président de la FNSEA 17 s’en félicitait, même s’il déplorait le décalage entre les discours suivant l’auditoire. «C’est toujours préférable que les anathèmes.» : «nous représentons, c’est un fait vérifié, des milliers d’agriculteurs dans ce pays.» Selon lui, «là où il y a de l’agriculture, il y a de la vie. Sans eux, nombre d’écoles, de commerces de proximité, de services seraient menacés. Les emplois agricoles, eux aussi, ne sont pas délocalisables.» Il déplorait que l’on ne puisse trouver de la main d’œuvre en dépit de la bourse à l’emploi crée par la FNSEA 17. Cette agriculture qu’il veut au pluriel, François Avrard prend en exemple le travail entre éleveurs et GMS, entrepris par le syndicat : «certains souhaitent opposer ces modèles d’agriculture, veulent même en voir disparaître certains ! Ces positions idéologiques voire démagogiques sont déconnectées de la réalité économique de nos entreprises.» Il s’attachait aux fermes «plus grandes» : «comment peut-on opposer à ces projets des arguments environnementaux alors qu’ils répondent à toutes les normes en vigueur et bien au delà ? Nos animaux nous font vivre, nous sommes soucieux de leur bien-être. Une exploitation où plusieurs exploitants se regroupent, où plusieurs membres d’une même famille s’investissent dans un projet commun est peut-être, une solution pour se donner les moyens de la performance et permettre l’installation de jeunes dans des conditions sociales et économiques viables.» Message reçu ? Selon lui, «la diversité de l’agriculture française est une richesse» et il faut «cultiver cette richesse» en rendant l’agriculture compétitive, dans une ère de grande volatilité des marchés. Encore faut-il que l’on n’en rajoute pas : «nombre de nos difficultés proviennent de décisions franco françaises. La demande est là, il y a le potentiel, la terre, le climat, des hommes et des femmes qui sont encore motivés. Et pourtant, l’agriculture française est en train de décrocher et certains pays nous écartent du podium mondial des exportations.» Sans être «anti-réglementation» il estime que «les règles doivent être utiles et non contre productives.» Trop de zèle nuit : «notre métier est de produire pour nourrir.» Fustigeant Stéphane le Foll pour son manque d’intérêt pour le monde agricole, François Avrard sollicite plus de clarté, notamment sur la PAC 2015 : «comment être compétitif dans un environnement juridique incertain ?» Il mettait aussi en garde contre les discours démagogiques et au «c’était mieux avant» pour que les agriculteurs restent «force de propositions.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui