L'Agriculteur Charentais 21 novembre 2013 à 08h00 | Par Thierry Michel

Frédéric Naudet - «La sapin naturel se tient bien, mais attention en 2014»

Président de l’Association française du sapin de Noël nature

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AFSNN

Comment s’est déroulée l’année pour les producteurs de sapins naturels ?
Le fait marquant a été une pluviométrie abondante au printemps et en automne, ce qui n’a pas été facile pour les cultures, avec des périodes intermédiaires très sèches. Mais la qualité des sapins est au rendez-vous malgré les épisodes de grêle. Au passage, on constate une augmentation de la fréquence de ces épisodes qui provoquent des gros dégâts très localisés. Ça devient récurrent et cela pose la problématique des assurances, de toute façon très chère.

Quelle est la tendance pour ce Noël 2013 ?
C’est un marché stable. L’épicéa se tient bien. C’est peut-être lié à l’état de l’économie puisque cette variété d’arbre est moins chère que sa concurrente principale. On sent le côté volonté de faire un sapin pour les fêtes mais on ne veut pas dépenser une fortune. Le gros sapin se maintient aussi. Ce qu’on a constaté à ce jour, c’est des commandes de la distribution qui sont à la hauteur. Cette dernière compte même sur la période de fin d’année pour se rattraper par rapport au reste de l’année sur ce secteur. De plus, les conditions météos sont favorables cette année, en tout cas meilleures que l’an passé. En revanche, nous sommes nous aussi pénalisés par l’écotaxe. Le transport représente 10 % du chiffre d’affaires du marché du sapin. L’écotaxe, pour nous, ce serait de 8 à 10 % de frais de transport en plus, ce qui se traduit par 1 à 2 % de marge en moins. Et nous estimons qu’il est difficile de le répercuter.

Et pour 2014 ?
Tout d’abord, pour cette fin d’année 2013, l’association est à nouveau retenue pour fournir officiellement ses sapins de l’Élysée. Et nous installerons un sapin du Morvan dans la cour de l’Élysée le 17 décembre. Mais en 2014, il faudra intégrer le fait que la TVA sur nos produits passera à 10 %. Sinon, nous continuerons toutes nos activités de vulgarisation, de pédagogie et de formation. Aujourd’hui, l’association compte une centaine de membres, soit une vingtaine de plus que l’an passé. Nous allons continuer nos efforts dans ce sens.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
444 M€
444 millions d’euros qui avaient été prélevés sur les paiements directs de la PAC, en prévision de la réserve de crise pour 2018, vont être remboursés aux agriculteurs européens, a annoncé la Commission européenne fin novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui