L'Agriculteur Charentais 28 novembre 2013 à 08h00 | Par Elisabeth Hersand

Fruits - Melon, encore une campagne atypique !

A chaque automne, l’Acpel organisait, une réunion technique. De quoi dresser un bilan de la campagne passée, et d’évoquer les maladies, les ravageurs, et les variétés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La saison 2013 a de nouveau été compliquée pour les producteurs locaux.
La saison 2013 a de nouveau été compliquée pour les producteurs locaux. - © AC

«Nous avons eu des conditions climatiques vraiment particulières» débute le technicien de l’Acpel. Devant une salle archi-comble, Jean-Michel Lhote rappelle le mois de mars «correct, qui a ensuite été suivi de fortes pluies et de fraîcheurs importantes». Au printemps, un retard important (autour de 15 jours) était donc constaté dans les plantations de melon de tout le Poitou-Charentes. Dans certains secteurs, les plantations ont même dû être refaites. «Lorsque les plants ont pris, c’est avec un faible enracinement» ajoute le technicien. Au final, ce sont donc des melons de petits calibres qui ont vu le jour, avec des retards compris entre 10 et 20 jours. «L’été a ensuite été beau… mais de courte durée !» Des conditions qui ont donc fait souffrir les variétés précoces.

Lire le bilan complet dans notre édition du 29 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
729 kms
La Pologne veut ériger une haie de 729 kms contre les sangliers le long de ses frontières avec l’Ukraine et la Biélorussie, pour lutter contre la propagation de la peste porcine africaine. C’est ce que vient de déclarer la vice-ministre polonaise de l’agriculture, Ava Lech. La haie doit empêcher des sangliers atteints par la peste porcine africaine de traverser la frontière. Sa construction est estimée à 24 M €. Les infections ne cessent de se multiplier en Pologne. Elle en est au 15ème cas de foyers découverts cette année.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui