L'Agriculteur Charentais 19 février 2015 à 08h00 | Par laurence Guilemin

GAB 17 : 2015, année chargée

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour la présidente, Mireille Fontan, «le Gab 17 doit garder son origine, garantir cette éthique, ce lien qui fait notre force».
Pour la présidente, Mireille Fontan, «le Gab 17 doit garder son origine, garantir cette éthique, ce lien qui fait notre force». - © AC

L’année 2015 pourrait être associée aux mots restructuration et mutualisation pour le monde du bio picto-charentais ? Olivier Palluault, du cabinet Ellyx a réalisé un diagnostic DLA, dispositif local d’accompagnement, au sein des cinq structures régionale et départementales. «Nous allons devoir nous adapter à la réforme territoriale, à des contraintes budgétaires et continuer en même temps à développer et à étendre nos actions» a expliqué Mireille Fontan, la présidente du Gab 17, lors de l’assemblée générale, lundi 16 février, à St Germain du Seudre, devant une soixantaine de participants. «Ce dispositif doit permettre d’être plus efficaces, d’aller chercher d’autres moyens, d’autres outils, d’autres partenariats, tout en mutualisant certaines actions communes aux cinq structures, notamment l’administratif». L’année 2015 sera aussi associée aux mots augmentation des conversions (en 2014, on compte 27 nouvelles conversions pour 650 ha certifiés en plus), mais aussi développement avec notamment des actions sous forme de prestation (Télépac devient payant), ainsi que des actions pour le nouveau bassin Re-Sources St Hippolyte- Coulonges. Le développement du lait bio est aussi dans les objectifs de cette année (lire page 11) tout comme la mise en place de groupes d’échanges en grandes cultures et en pain. Enfin la défense de l’instruction et le paiement des aides bio sont toujours à l’ordre du jour (lire ci-dessous). 2015 sera aussi une année chargée en animations diverses dans le cadre des 30 ans du Gab 17.

Aides au bio : Coincées dans les tuyaux

Voilà plus d’une semaine, une quinzaine d’agriculteurs biologiques et le Gab17 sont allés protester devant la préfecture pour réclamer le solde des aides PAC qui normalement devaient leur être allouées en décembre dernier. Pestant contre les lenteurs et les disfonctionnements de la DDTM à l’encontre de l’agriculture biologique, une délégation a été reçue en préfecture. A l’issue de l’entrevue, en dépit des cas concrets présentés, aucune explication plausible n’a été donnée, ni aucun échéancier sur la solution à ces retards qui pénalisent gravement les exploitations biologiques. B.A.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
46,7 millions
Dans une publication, Agreste annonce que d’après les estimations établies le 11 octobre, la production viticole s’élèverait en 2018 à 46,7 millions d’hectolitres. Elle serait donc supérieure de 27 % à la production de 2017, et de 6 % à la moyenne quinquennale. La production nationale a été revue à la hausse par rapport aux prévisions du mois d’août qui établissaient la récolte à 46,1 Mhl.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui