L'Agriculteur Charentais 03 juillet 2014 à 11h15 | Par Hervé Pagnol

Gaec et société : Révision du statut de l’agriculteur

L’ensemble des professionnels étaient d’accord, pour une refonte fondamentale de ce statut.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Six critères doivent être respectés pour avoir le statut d’agriculteur.
Six critères doivent être respectés pour avoir le statut d’agriculteur. - © M.Portier

S’il est un sujet de consensus entre le syndicalisme majoritaire et le ministère de l’Agriculture, c’est sur la nécessité de réviser le statut de l’agriculteur. Gilles Brenon, président de Gaec et sociétés, qui organisait le 26 juin un  colloque sur la question, a résumé les grandes lignes de la manière dont les professionnels (FNSEA, APCA, JA) voient les choses. Selon lui, six critères doivent être respectés pour bénéficier du statut d’agriculteur : la maîtrise de l’outil de gestion, la détention de la majorité du capital de l’entreprise,  la réalisation d’un certain volume d’activité,  le non-assujettissement à une autorité extérieure,  la détention d’un diplôme de formation, l’inscription sur le registre des agriculteurs qui devrait enfin, prochainement, voir le jour.Présent à cette table ronde, le conseiller technique Luc Maurer a indiqué que le registre de l’agriculture, dont l’identité du gestionnaire a évolué au fur et à mesure des débats parlementaires, se  trouverait géré par plusieurs institutions. Nourri d’informations venant notamment de la MSA ainsi que des Chambres d’agriculture, ce registre serait logé au sein de l’APCA.

Lire la suite dans notre édition du 4 juillet

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui