L'Agriculteur Charentais 21 avril 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

GDS 17 : Gérer au quotidien les prophylaxies animales sans handicaper les cheptels

Tout y est : maladies réglementées, prophylaxies volontaristes. Les cheptels du département naviguent entre suspicions, tests, dépistages et certifications.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Romuald Couillaud
Romuald Couillaud - © AC

qu’une année ne ressemble pas à une autre. Loin s’en faut pour 2015. Le bilan qu’a dressé le GDS 17, jeudi dernier à Saint Porchaire le démontre. Tant sur le plan des maladies réglementées, qui tiennent le haut du pavé, que les maladies du ressort du groupement de défense. Tuberculose bovine, FCO rivalisent ainsi avec les «autres» maladies dans les commentaires, les tracas sanitaires des cheptels charentais maritimes. BVD, paratube, avortements sont autant de soucis que la crise de l’élevage accentue. Délégataire de la prophylaxie bovine, sur la base d’un cahier des charges, le GDS œuvre : liste d’éleveur à visiter par les vétérinaires, délivrance du document d’accompagnement des prélèvements et in fine dépistage de la tuberculine via le lait et le sang. Dans le regard du dépistage : brucellose, leucose, tuberculose, IBR, varon BVD, paratuberculose, néosporose. Viennent en plus des «classiques» contrôles à l’introduction.

Lire la suite dans notre édition papier du 15 avril

FCO, Extension du domaine

La FCO continue de s’étendre. Au cours de la première semaine d’avril, neuf cas de fièvre catarrhale ovine (FCO) ont été identifiés, dont trois et pour la première fois dans de nouveaux départements. Il s’agit du Doubs, de la Haute-Saône et de la Haute-Marne. Avec 237 cas recensés au 8 avril depuis le mois de septembre 2015 (85 dans le Puy-de-Dôme, 45 dans l'Allier, 15 dans la Nièvre, 13 dans la Loire, 12 dans la Creuse), la FCO est désormais présente dans 78 départements. Seules sont épargnées à ce stade, la Bretagne, la Normandie et les Hauts de France. Dans le cadre du protocole d’échange avec l’Espagne et à la demande de la FNSEA et de la FNPL, l’Etat va continuer à prendre en charge les analyses PCR individuelles jusqu’au 30 juin 2016. La zone dite réglementée, où les mouvements de bétail sont limités, a été élargie et englobe à présent tous les départements au sud d'une ligne allant de La Loire-Atlantique à la moitié sud des Ardennes, en englobant l'île de France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui