L'Agriculteur Charentais 18 mai 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Gel dans le vignoble : Envisager la suite

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Une réunion avec les préfets de Charente et de Charente Maritime s'est tenue le 5 mai dernier au BNIC avec tous les acteurs de filière. L'objectif était de partager un bilan et de dégager les mesures d'accompagnement des viticulteurs et autres opérateurs viticoles touchés. Météo France a constaté
- 4,7°C à Pons le 27 avril suivie d'une nuit froide. C'est 8 à 12°C de moins que la normale saisonnière. Déjà le 21 avril, on notait des dégâts sur de jeunes plants dans quelques parcelles, notamment dans les points bas. Le BNIC a confirmé que 25 000 ha (un tiers du vignoble) seraient fortement touchés auxquels s'ajoutent près de 15 000 ha impactés à un degré moindre (entre 20 et 75 % de la parcelle touchée). Sur les mesures proposées, les filières Cognac et Pineau pourront utiliser les réserves prévues à cet effet. «Des points sur les mesures fiscales, le recours à l'activité partielle ou encore le report de cotisations sociales ont été abordés respectivement par la DDFP, la Direccte et la MSA. Les secteurs bancaires et des assurances étudient les possibilités d'accompagnement des acteurs concernés par cas par cas.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui